Madagascar

Madagascar est connue à travers le monde pour ses richesses naturelles, tant en termes de flore, de faune que de sous-sol. Mais l’on connaît aussi de ce pays, la plus Grande Île de l’Océan Indien, une population sympathique, une culture riche, des activités économiques diverses dont la culture de la vanille est la référence. Quelles sont les multiples facettes de Madagascar ?

Un passé qui date du Vème siècle

D’après l’histoire, les premiers occupants de Madagascar s’y seraient établis durant le Vème siècle. Ils sont appelés les « proto malgaches » et viennent de l’Indonésie ainsi que de l’Asie du Sud-Est.

Vers la fin du IXème siècle, des individus originaires de l’Arabie font la conquête des régions du Nord, du Nord-Est et du Sud-Est de l’île. Ils y apportent le commerce et y bâtissent de grands comptoirs commerciaux.

Le millénaire suivant est marqué par l’instauration de la royauté sur tout le territoire malgache. Les premiers royaumes apparaissent durant le XVème siècle. C’est de ce régime royal que naîtront les 18 ethnies qui sont réparties sur toute l’île.

Le siècle suivant, Madagascar accueille son premier visiteur européen. Il s’appelle Diégo Diaz et aurait, en l’an 1500, découvert pour la première fois la ville qui porte son nom, Diégo Suarez, connue sous l’appellation Antsiranana par les habitants locaux et localisée dans le nord de l’île. L’arrivée de l’homme sera suivie par celle de plusieurs étrangers comme les Hollandais, les Anglais et les Français. Les Africains y débarqueront le même siècle pour y importer la traite des esclaves.

L’histoire du pays est, ensuite marquée par la loi d’annexion du pays par la France. En effet, le 6 août 1896, Madagascar est déclarée colonie française. Les îles qui en dépendent vivront le même sort. La reine RANAVALONA III est envoyée en exil en Algérie suite à sa chute face aux Français.

Le pays ne retrouvera son indépendance que le 26 juin 1960, date lors de laquelle sera célébrée la Fête Nationale.

Culture, us et coutumes

Malgré quelques différenciations, les cultures des 18 ethnies qui composent la population de Madagascar se caractérise par des traits communs. L’alimentation est, par exemple dominée par le riz quelque soit la région de l’île. L’importance du zébu et sa présence obligatoire dans toutes les fêtes ancestrales sont également respectées sur tout le territoire. C’est notamment le cas lors de la circoncision, du retournement des morts, des mariages traditionnels et autres. En ce qui concerne le retournement des morts, il s’agit d’un culte aux ancêtres lors duquel une fête est donnée en honneur des morts de la famille. Pour l’occasion, les corps des défunts sont inhumés une nouvelle fois.

La culture malgache se démarque également par les « Fomba ». Ce sont les usages que les sages anciens ont établis. Ils sont à respecter et à réaliser au quotidien ou lors des grands événements locaux. Dans le cas contraire, des punitions sévères seront données par les ancêtres du village. Ces derniers sont appelés « Razana » et sont respectés pour leur sagesse, de leur vivant. Ce sont eux également qui ont établi les « Fady » dans les régions où ils ont vécu. Les « Fady » sont des règles de vie et des interdits qu’il ne faut surtout pas enfreindre, au risque de s’attirer la colère des « Razana ».

Pour les Malgaches, le meilleur moyen d’honorer les « Razana » est de leur offrir un art funéraire festif et unique. Plusieurs « Fomba » sont réalisés pour l’occasion, notamment ceux qui ont une relation avec les tombeaux. Du côte des Antandroy, par exemple, les chambres funéraires sont surmontées de plusieurs étagements de pierres. Des cornes de zébus ainsi que des « Aloalo », sortes de poteaux sculptés » sont déposés au sommet de ces dernières, ainsi que des petits personnages faits mains.